Soutenance de thèse

Soutenance de thèse de Madame Sabine DINI

Le 11 janvier 2021 à 14h, à la MSH et en visio-conférence

Le sujet de la thèse : Gouverner les migrations internationales par le don. Une ethnographie économique de l’intervention du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et de l’ Organisation internationale pour les migrations à Djibouti (1977-2019).

LE JURY EST COMPOSÉ DE:

EL QADIM Nora, Maître de conférences, Université Paris 8
RAMEL Frédéric, Professeur, IEP Paris
FABREGOULE Catherine, Maître de conférences HDR, Université Sorbonne Paris Nord
PECOUD Antoine, Professeur, Université Sorbonne Paris Nord (Directeur de thèse)
SCALETTARIS Giulia, Maître de Conférences, université de Lille
STEINER Philippe, Professeur, Université Paris Sorbonne
VIDAL Dominique, Professeur, Université de Paris

RÉSUMÉ DE LA THÈSE :

La thèse décrit l’intervention du régime des migrations internationales à Djibouti entre 1977 et 2019 comme un régime d’aide fondé sur un dispositif de don organisationnel assuré par le Haut- Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations. Le travail organisationnel des deux organisations intergouvernementales consiste à orchestrer un transfert de ressources appariant des États bailleurs de fonds avec des États donataires afin de modifier l’appareil d’État et les politiques migratoires de ces derniers. La thèse compare la nature de la relation partagée par les partenaires étatiques de la transaction orchestrée par le HCR et l’OIM, pour interroger les conditions de félicité de l’intervention dans un contexte d’asymétrie entre les États. L’administration de la preuve ethnographique et archivistique permet de procéder à un examen minutieux de la logique organisationnelle génétique de l’intervention. Elle conduit à montrer que le socle de l’alliance dans un contexte d’intervention asymétrique repose sur la possibilité de fonder une instance d’inconditionnalité de la relation, avérant la logique de détermination sociale mise en évidence par le paradigme du don. La démonstration retrace dans le détail la genèse de l’intervention du HCR et de l’OIM à Djibouti. Sans jamais ignorer les conditions géopolitiques et historiques de leur intervention, la thèse propose d’envisager les deux OIGs selon deux idéaux-types opposés de la relation à l’État djiboutien, l’un permettant de faire alliance, l’autre dégradant le lien en une relation aporétique reposant sur la méfiance, l’hostilité et le conflit.